Aux sources de Qeelin: les grottes de Mogao, à Dunhuang
« J’ai pleuré en visitant les grottes de Mogao. J’ai été submergé par l’histoire de ce trésor du patrimoine, symbole de la fusion de différentes cultures et synonyme, en définitive, de ce qu’est le véritable luxe. Et j’ai pleuré sa grandeur révolue. »
Dennis Chan

L’histoire de Qeelin débute lorsque son fondateur, Dennis Chan, entreprend un voyage pour retrouver ses racines. Ayant vécu à l’étranger pendant de nombreuses années, Dennis revient à Hong Kong en 1985 car il ressent une sorte de vide dans sa vie, il a la sensation d’avoir été coupé de sa culture.

Bien qu’il soit chinois, Dennis admet qu’il fait partie à l’époque d’une génération plus susceptible d’apprécier le style baroque ou l’art déco plutôt que tout ce qui est de style chinois. L’Orient n’est tout simplement pas en vogue à ce moment-là. Puis, il commence à étudier l’histoire des cultures orientales. Dès le début de ses recherches, il lit Le Livre des merveilles du monde, écrit au XIIIe siècle par Marco Polo, dans lequel l’explorateur légendaire raconte ses récits de voyages depuis l’Europe vers l’Asie, y compris son passage à la cour de l’empereur Kublai Khan.

« Il y a 700 ans, la culture "orientale" n’avait rien de désuet, ajoute Dennis. Les voyageurs européens venaient en Orient pour admirer la grandeur de la civilisation chinoise, ses arts, son artisanat et sa littérature. » Inspiré par les voyages de Marco Polo, Dennis visite Dunhuang en 1997. Cette cité historique, ancien poste de garnison situé au nord-ouest de la province de Gansu, était une ville-étape importante sur la route de la soie. C’était également une plaque tournante entre l’Orient et l’Occident. Elle est aujourd’hui célèbre pour les grottes de Mogao situées à proximité.

Dunhuang et les grottes de Mogao

Sur les murs des grottes de Mogao, des fresques dépeignent les gens, leur mode de vie et la société de l’époque. L’excellence artistique de ces grottes témoigne de leur degré de raffinement. « Si vous me demandez quelle est ma définition du luxe, je vous dirais d’aller visiter les grottes et de voir par vous-même ce que le luxe signifie », explique Dennis Chan.

Pourtant, au tournant du XIXe siècle, les grottes ont été pillées et profanées ; des fresques ont été arrachées des murs, des statues de Bouddha et des objets d’art ont été volés. « Si notre pays, la Chine, avait été plus puissant à ce moment-là, cela n’aurait pas eu lieu » explique Dennis avec un soupir.

Le fondateur de Qeelin, Dennis Chan, lors de son voyage à Dunhuang
La collection Mogaoku à l’exposition Haute Joaillerie 2014 de Qeelin
DIRECTEUR ARTISTIQUE - Dennis Chan
Une vision: offrir le meilleur du design chinois contemporain au reste du monde